Articles signés Karim Riman agro écologue sur les sujets suivants:

Viticulture

Dans la revue Vti Leader, "Changer de point de vue sur le sol", septembre 2016, N° 418

Dans la revue "Vivre la Vigne en Bio" Mars/Avril 2014:engrais_vert_vigne.1.jpg

  • Le Sol -Base d'une Viticulture Biodynamique et Durable, pages 27 à 33. Contact pour commander l'article  comvinivitisbio@orange.fr

Dans « la revue des œnologues » en novembre 2001 et novembre 2006 :

  • Connaissance et respect des sols en viticulture dynamique et durable (novembre 2006 N° 121 spécial):
  • Etude détaillée des facteurs naturels du Terroir ; novembre 2001 N° 101 s

Dans "Alter-Agri" :

  • Viticulture, maintien de la ferttilité du sol ; mai-juin 2009 N° 95

Dans « Réussir Vigne » :

  • les vins naturels ont soif de reconnaissance, savoir gérer la non-intervention ; février 2007 N° 127.

Dans « La Vigne » : Le profil de sol pour approfondir, décembre 2000, N° 116

Télécharger le fichier Mes_PRINCIPAUX_LIVRES_DE_REFERENCE_SUR_LE_SOL_Et_viticulture.pdf

Agriculture Biologique

• Etude des sols en agriculture biologique :

Télécharger le fichier maintien_fertilite_sol_viticulture_biologique_alter_agri_06_2009.1.pdf

• Etat de la production d'agrumes biologiques, intervention lors du symposium à Agadir en 2001:

agrumes_maroc.1.jpg

Télécharger le fichier production_des_agrumes_en_agriculture_biologique_symposium_agadir_maroc_10_2001.pdf

• Echanges techniques et travail sur le terrain avec Gérard DUCERF, appui pour la rédaction de son livre :

Le maraîchage intensif sous abri en agriculture biologique est-il durable? :

Effets sur la fertilité du sol à long terme

articles en cours de rédaction

Déséquilibre et épuisement de la fertilité du sol à très court terme,  accentués :

  • Dans des sols à texture légère donc à faible pouvoir (ou capacité) de fixation
  • Dans les sols acides ou décalcifiés
  • Par des rotations en quasi monocultures,  des plantes trop bien nourries en eau et en éléments minéraux et une sollicitation continue du sol à produire.
  • En l’absence de couverts végétaux amenant un « repos actif » du sol
  • Avec l’emploi exclusif d’engrais organiques (solide et liquide)
  • Avec l’utilisation exclusives d’outils de travail du sol superficiels, animés et rotatifs 

 

Il en résulte une «  fatigue du sol » en agriculture biologique  :

  • Avec une structure du sol dégradée voire un sol fermé (semelle et lissage) à partir de 20-30 cm ;  15-20 cm avec les motoculteurs  --> enracinement superficiel, fragilisation des cultures
  • L’absence voire l’arrêt de communications entre les horizons du sol surface (évolué), intermédiaire et profond.
  • Perte de diversité de la vie dans le sol, quasi disparition des vers de terre type anéciques et endogés, quand naturellement ils sont présents dans les sols, donnant et champ libre aux pathogènes  (sur les racines et sur la partie aérienne)  --> une course en avant à la désinfection, solarisation, greffage, plantes résistantes, produits «cides »…
  • Gestion de l’eau difficile : infiltration ralentie voire stagnation sur la « semelle » et privation de la remontée d’eau profonde par capillarité.